La Côte d’Ivoire veut désormais mieux communiquer, via le digital, sur ses initiatives en matière de lutte contre le travail des enfants, notamment dans la cacaoculture. A cet effet, la présidente du Comité national de surveillance des actions de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants( Cns), Mme Dominique Ouattara, a décidé de mettre davantage l’accent sur la communication autour des actions posées par cet organe du gouvernement dédié à la lutte contre le travail des enfants. Ainsi, la direction de la communication a-t-elle été instruite de plancher sur une stratégie nationale de communication pour une meilleure sensibilisation de l’opinion sur les actions envisagées dans le cadre du 3e Plan d’Action national 2019-2021, du Cns. C’est le sens de l’atelier qui a réuni, les jeudi 9 et vendredi 10 mai 2019, les responsables de communication des différents ministères et des organismes privés nationaux et internationaux, au cabinet de la Première Dame à Cocody. A l’occasion, une stratégie de communication nationale a été élaborée, au terme de deux jours de travaux. Il en ressort que les actions de communication seront déployées pour mieux informer l’opinion sur les initiatives projetées dans le 3e Plan d’Action 2019-2021, relatif à la lutte contre le travail des enfants, en particulier dans la cacaoculture. Au titre des moyens de communication à mettre en œuvre, il est prévu une meilleure exploitation , désormais, des ressources du digital. Il s’agit d’optimiser les possibilités qu’offre le marketing social par le web, pour faire voir ce qui se fait en Côte d’Ivoire dans le cadre de la lutte contre le travail des enfants. Les participants ont ainsi été édifiés sur l’expérience de l’Unicef en matière de communication digitale sur les actions de cette agence des Nations Unies sur ses actions en faveur des enfants et des jeunes. Une expérience dont le Cns entend s’inspirer dans le déploiement de sa stratégie nationale de communication en vue de mieux faire connaître les actions projetées dans le 3e Plan d’Action 2019-2021. Pour sa Secrétaire Exécutive, Yao Patricia Sylvie, ce travail de communication est d’autant plus important que « c’est à la suite de reportages médiatiques diffusés dans les années 2000 que notre pays a été mis à l’index sur la scène internationale comme utilisant des « enfants esclaves » dans les plantations de cacao ». Elle s’est dite convaincue « qu’aucun changement majeur de tendance ne peut véritablement s’opérer sans une action efficace et coordonnée de communication sur nos acquis et sur la réalité du travail des enfants sur le terrain ». Avis du reste partagé par le Directeur de la communication du Cns, Brahima Coulibaly, qui n’a pas manqué de déplorer que l’on ait « minimisé la dimension communication » lors de l’élaboration des deux précédents Plans d’Action. Ce qui explique que l’opinion n’ait pas toujours bien perçu les actions engagées par l’Etat de Côte d’Ivoire pour endiguer ce fléau qu’est la traite et l’exploitation des enfants.

Nadia YORO

COMMENTS

  • Stevodog (non vérifié) 06.12.2019, 2:55 am

    Xenical Vente Libre France Euro Levitra Lioresal Acheter Zithromax Tripak Isotretinoin 20mg Internet Low Price Carte Levitra

LAISSER UN COMMENTAIRE

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.