Le gouvernement a fait détruire les sacs de riz avariés

Le débat autour de la menace sanitaire liée à la cargaison des 18.000 tonnes de riz ‘’non conforme’’ d’origine birmane est désormais clos. Mardi 16 avril 2019, le processus de destruction de ladite cargaison débarquée du 11 au 18 mars 2019 au Port autonome d’Abidjan par le navire Océan Princess a été lancé au Centre de valorisation et d’enfouissement technique (Cvet) de Kossihouen sur l’autoroute du Nord (Km 44). Donnant le top départ de cette opération marquée par la destruction et l’enfouissement de 1000 tonnes sur les 18.000 saisies, les ministres Anne Ouloto, en charge de la Salubrité et Souleymane Diarrassouba, du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des Pme, mettaient en exergue la volonté du président de la République, Alassane Ouattara, de veiller à la santé alimentaire des populations. « Le président (Alassane Ouattara, ndlr), se préoccupe de la santé des Ivoiriens », évoquaient, à l’unisson, les deux émissaires du gouvernement. « Nous avons durant toute cette période mené toutes les diligences conformément à tous nos textes en vigueur. Ceci pour dire aux Ivoiriens que le gouvernement, que le Président de la République, est soucieux de la santé des Ivoiriens, de la protection des consommateurs. Raison pour laquelle il a mis des dispositifs en place afin que tous les produits qui rentrent en Côte d’Ivoire puissent respecter des normes », énonçait le ministre en charge du Commerce. « Fort heureusement, la Côte d’Ivoire a aujourd’hui un dispositif pour traiter ce genre de situations grâce à la volonté du président de la République de créer, de construire ce centre d’enfouissement technique qui répond aux normes internationales et qui est capable d’accueillir ces 18.000 tonnes de riz, de les enfouir aujourd’hui selon les normes environnementales requises », renchérissait Anne Désirée Ouloto, rassurant populations et consommateurs que les 18.000 tonnes de riz avarié vont être enfouies et sorties à jamais de leur environnement. « Les sacs seront à leur tour détruits par incinération », faisait-elle savoir. Bien avant, Anne Désirée Ouloto confiait que les services de son ministère sont capables de réceptionner les 18.000 tonnes de riz, assimilées à des déchets ménagers pendant une période d’un mois. Il s’agit, ainsi, à l’en croire, de permettre d’assurer le service quotidien de collecte des déchets au niveau d’Abidjan et d’enfouissement de ces déchets ménagers de l’agglomération d’Abidjan. « Il n’était pas question pour nous de mettre un frein à la bonne marche du processus de propreté d’Abidjan et d’enfouissement de tous les déchets qui viennent de tous les quartiers d’Abidjan », précisait la ministre qui se fait appeler ‘’Maman Bulldozer’’.

Aude Assita Konaté, Envoyé spécial à Kossihouen

COMMENTS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.