Incompris pour les uns, héro pour les autres, la méthode du nouveau maire de Koumassi n’est pas toujours comprise. Si pour certains, ses projets d’assainissement sont un mal pour les populations, pour d’autres, c’est plutôt le rétablissement de la normalité. Pour comprendre la méthode du ‘’Prix d’excellence de lutte contre le désordre urbain’’, il faut scruter à la loupe ses actions et la philosophie qui la sous-tend. En effet, il ne s’agit pas pour le successeur de N’dohi Yapi Raymond de casser pour casser. Le ministre Bacongo ne fait qu’appliquer une recette simple : réorganiser sa commune selon un plan directeur. En des termes précis, rétablir l’ordre. Cela ne se fait pas au détriment des populations. Bien au contraire. Tout le monde y gagne. Les exemples de ses actions sont légion. Quand il a détruit le marché de portable appelé communément ‘’Djassa’’, que n’a-t-on pas entendu. « Il a jeté à la rue de pauvres jeunes qui se débrouillaient. Il appauvrit des centaines de familles ». Pourtant, cette destruction a été faite de commun accord avec les concernés. Mieux, il leur a été promis un site de recasement répondant aux normes d’hygiène et de sécurité. Car il faut le dire, ce marché, qui jurait avec les normes en la matière, représentait un lieu d’insécurité, aussi bien pour les vendeurs que les acheteurs. Aujourd’hui, le site de recasement est quasiment prêt et les jeunes vendeurs ne boudent pas leur plaisir. Il en est de même pour les vendeurs de téléphone portable au grand carrefour de Koumassi. Les box construits par les ex-occupants de la mairie l’étaient dans une anarchie totale, jetés au milieu de véhicules de transport en commun dans un environnement d’insalubrité notoire. Après avoir rasé l’espace, il a fait construire de nouveaux box plus beaux et plus sécurisés dans lesquels les vendeurs pourront vendre en toute quiétude.

Une nouvelle gare

Quant à la gare de ‘’woro woro’’ du grand carrefour qui créait un bouchon terrible aux heures de pointe, il a été délocalisé sur un site à l’intérieur de la commune. Ce site sur lequel a été bâti des infrastructures adaptées est presque fini. On y trouvera toutes les commodités, notamment des bureaux, des toilettes, des hangars. Les usagers pourront se déplacer en toute sécurité. C’est le cas pour les commerçants de bois de construction. Autrefois, ceux-ci squattaient la clôture du cimetière de Koumassi et d’autres espaces insalubres. Bacongo a fait construire des box sur un site sécurisé pouvant leur permettre d’exercer en toute sécurité. Le marché de volaille construit sous l’ancien maire, situé non loin du terrain ‘’InchAllah’’ joue véritablement son rôle. Malgré l’existence de ce marché, des vendeurs de volailles étaient dispersés un peu partout dans la commune. Face au marché ‘’Djè Konan’’ du grand carrefour, ils y étaient dans des conditions d’insalubrité choquante. Ils ont tous été priés d’intégrer le nouveau marché, mieux organisé et adapté à leurs activités. Qu’en est-il des vendeurs aux alentours du marché ‘’Djè Konan’’. Après une longue séance d’écoute, le maire Bacongo s’est entendu dire que l’étage supérieur du marché est une chasse gardée d’un groupe de personnes. Le maire s’est lui-même rendu sur cet espace et a découvert qu’il servait d’entrepôt, de restaurants de fortunes et autres fumoirs. Séance tenante, il a fait détruire tous les logis de fortune qui s’y trouvaient. L’objectif, c’est de réorganiser cet espace afin de permettre aux vendeurs aux alentours d’intégrer ces box et de dégager la rue.

Une circulation plus fluide

Ces actions, quelque fois mal perçues, ont fini par porter leurs fruits. La commune est en train d’être mieux organisée et la circulation y est plus fluide qu’avant. Les occupations anarchiques du domaine publique créaient un véritable problème d’assainissement avec les égouts bouchés sur lesquels il a été constaté des constructions. Ces égouts et conduits ont pu être débouchés et réhabilités pour le bonheur des populations. Les inondations ont beaucoup diminué et sont quasiment inexistantes dans des quartiers.

Les gros perdants

Bien entendu, il y a des mécontents. Ceux qui ont perdu leurs résidences parce qu’elles occupaient le domaine public. Des années d’investissements ont été détruits sans possibilité de compensation. A cela, des proches du ministre répondent qu’ils ne peuvent que s’en prendre à eux même dans la mesure où pour la plupart, ils savaient que les espaces qui leur ont été vendus étaient des domaines de l’Etat. En un mot, Bacongo a entamé la réorganisation de la commune en mettant chaque chose à sa place. Plus de 50% de ceux qui ont perdu leurs commerces ont été recasés dans de bonnes conditions. Les résidents des quartiers sont aujourd’hui heureux de constater qu’ils peuvent jouir de repos sans bruits et que leurs enfants bénéficient, pour certains quartiers, d’aires de jeux et de détente. Koumassi est une commune fascine aujourd’hui, avec un maire qui dérange !

Reine MELEDJE, de retour de Koumassi

COMMENTS

  • Stevodog (non vérifié) 13.11.2019, 1:36 pm

    Keflex And Conjunctivits 100mg Doxycycline Tablets From India levitra vs viagra vs cialis New Healthy Man Bbb Rating Composicion Propecia Viagra Generique 50mg

LAISSER UN COMMENTAIRE

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.