Le Burkina est constamment attaqué

Dans la matinée du 19 août 2019, des militaires retenus pour renforcer les troupes déployées dans le camp de Koutougou, dans la province du Soum (Nord-Burkina), étaient la cible d'une attaque djihadiste. 24 heures après l'assaut particulièrement meurtrier, dans son message de compassion à la Nation, le bilan officiel livré par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, faisait état de 24 morts et 5 soldats portés disparus. Depuis lors, une question taraudait les esprits au Faso. A savoir, quel est le mouvement terroriste qui a touché et endeuillé encore le pays des hommes intègres ? La réponse est désormais connue. Mercredi 21 août, soit 48 heures après cet autre coup d'envergure réussi sur le sol burkinabé, le Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM), affilié à Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI), revendiquait l'assaut. Dans un communiqué, ce mouvement djihadiste, très actif dans la bande sahélo-sahélienne, affirmait avoir occasionné près d’une trentaine de morts dans les rangs de l’armée burkinabé. De son côté, la justice su Faso a ouvert une enquête pour situer les responsabilités et rechercher les auteurs de cet énième attentat au Faso.

Aude Assita Konaté

LAISSER UN COMMENTAIRE

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.