En meeting dans la localité de Dabakala, dans le Nord de la Côte d’Ivoire, le samedi 20 avril 2019, Guillaume Soro a réaffirmé clairement qu’il a pris ses distances du régime Ouattara. De fait, au cours de ce rassemblement, il n’a eu de cesse d’indiquer qu’il n’a rien à voir avec les actes posés ou à poser par le gouvernement d’Alassane Ouattara. Il s’est ainsi employé à rendre le gouvernement responsable de la situation socioéconomique peu enviable dans laquelle vivent les habitants du Nord en général et ceux du département de Dabakala en particulier. « Dites-leur…, demandez-leur… », répétait-il, comme pour se démarquer de ceux qui ont à charge la gestion du pouvoir et donc ont pour mission d’apporter des solutions aux préoccupations des populations. Mais le disant, Guillaume Soro fait preuve de mauvaise foi, car il donne l’impression que la situation peu reluisante qu’il décrit ne s’est produite que depuis qu’il s’est désapparenté du régime Ouattara. En d’autres termes, que les populations de Dabakala ne vivent dans la pauvreté que depuis qu’il a quitté la tête de l’Assemblée nationale. Là où ses propos semblent tendancieux voire à visée électoraliste, c’est quand il donne l’impression que les réalités qu’il découvre à Dabakala ont surgi ces derniers temps. C’est, en effet, faire preuve de mauvaise foi que de soutenir qu’il a fallu qu’il fasse le déplacement à Dabakala pour toucher du doigt ces réalités. Deuxième personnalité de l’Etat jusqu’au changement de la Constitution en 2016 et président de l’Assemblée nationale jusqu’à une date récente, il est censé connaître ce que vivent les populations sur toute l’étendue du territoire. DE fait, les députés de chacune des circonscriptions électorales sont censés lui remonter, via les différentes commissions parlementaires à laquelle ils appartiennent, les « échos du terrain ». Les propos de l’ex-président de l’Assemblée nationale prêteraient donc à rire s’ils n’apparaissaient pas comme une offense à sa fonction et au régime dont il était un des visages emblématiques jusqu’à une date récente. Fort des informations qu’il était censé recevoir de ses collègues issus de toutes les contrées, qu’a-t-t-il fait pour soulager les populations de Dabakala de leur pauvreté qu’il feint de découvrir, seulement après avoir perdu son « tabouret » de président de l’Assemblée nationale ? Lui qui était chef du Parlement jusqu’à une date récente, qu’a-t-il fait pour que le régime, dont il était un baron, lance le bitumage de voies dans cette localité ? Lui qui dénonce bruyamment l’achat de l’anacarde à 100Fcfa, 150 FCfa ou 200 FCfa le kilo, qu’a-t-il fait, du haut de sa chaire en son temps, pour que ce produit soit acheté à 500 FCfa voire 1000 FCfa comme il le réclame aujourd’hui ? Pourquoi a-t-il fallu qu’il ne soit plus au perchoir pour qu’il découvre toutes ces choses qu’il déplore ? Un autre fait dénoncé par l’ex-président de l’Assemblée nationale, c’est le fait que « ses » parents de Dabakala soient tenus de payer pour se faire établir des cartes d’identité. Guillaume Soro rappelle en effet, que grâce au combat qu’il a mené, ces pièces ont été offertes gracieusement en 2009. Ce qu’il ne dit pas, c’est que, de cette année-là à ce jour, des millions d’autres Ivoiriens se sont fait établir des cartes d’identité en payant, qu’ils soient du Nord ou de toute autre contrée du pays. Et cela, alors qu’il était président de l’Assemblée nationale donc comptable de cette mesure. Jamais, en effet, on ne l’a vu ou entendu appeler à l’abandon des frais d’établissement des pièces d’identité du temps où il était chef du Parlement. Pourquoi est-ce donc maintenant qu’il réclame des cartes d’identité gratuites et pour les ressortissants de Dabalaka seulement ? Voilà qui incline à dire que ses propos puent la mauvaise foi. Et ne visent qu’à noircir le gouvernement et partant Alassane Ouattara, pour mieux se poser en sauveur des peuples du Nord. Encore une fois.

Nadia YORO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.