Les guides religieux musulmans qui se sont prononcés à ce jour sur la question du scrutin présidentiel de 2020 ne sont pas les seuls à soutenir que la foudre ne va pas tomber sur la Côte d'Ivoire à la faveur des joutes électorales à venir. Le clergé évangélique protestant ivoirien est de cet avis. Son président du Consistoire, à savoir le révérend-docteur Yayé Dion Robert, depuis le nord du pays, précisément à Lokolo dans le département de Dianra (région du Béré) où il inaugurait, samedi 11 mai 2019, l'église locale protestante baptise, a abondé dans le même sens. '' En 2020, il n’y aura rien. 2020 sera comme toutes les autres années. Pour cela, nous prions Dieu qui est le maitre du temps et des circonstances. Nous n’avons aucune peur de 2020 », assurait le président du Consistoire des églises évangéliques, protestantes de Côte d'Ivoire, relevant que les hommes politiques doivent s'approprier la parole de Dieu. Sur ce point, le détective privé de formation qui a renoncé à la carrière professionnelle dans les années 1980 pour se consacrer entièrement à l'oeuvre de Dieu, fera remarquer qu'il y a nécessité d’amener le peuple de Dieu à son créateur. '' Notre but, c’est d’apporter l’enseignement, l’instruction, l’encadrement spirituel et les bénédictions au peuple de Dieu partout dans notre pays. Dieu est là pour unir pour apporter la fraternité, la communion '', prêchait Yayé Dion. Puis de signifier qu'a travers le temple de son église ouvert à Lokolo, village senoufo du septentrion ivoirien, il faut y voir la volonté de sa communauté religieuse d'amener les Ivoiriens partout où ils se trouvent, à aimer Dieu et à se consacrer à lui. '' Ce message s’adresse aux acteurs politiques qu’on ne peut distinguer de la population. Un homme politique est d’abord membre d’une congrégation religieuse soit chrétienne ou musulmane. Sur les 10 commandements que Dieu prescrit, 3 concernent les relations de l’homme avec son prochain '', mettait-il en lumière, invitant à l'amour et au pardon sincère. '' Qu'il n'y ait pas d'animosité, de mésentente entre nous. Et quand il y’a mésentente, il faut que le pardon sincère prime pour ne plus revenir à la belligérance, à la mésentente. Dieu nous dit : ‘’Aimez-vous les uns les autres’’. Et l’amour supporte tout. L’amour ne méprise pas'', . L’amour est patient, conciliant. C’est ce que nous sommes appelés à pratiquer'', orientait le dignitaire évangélique protestant ivoirien.

Aude Assita Konaté

LAISSER UN COMMENTAIRE

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.