Billon est optimiste quant à la défaite du Rhdp aux présidentielles 2020

A moins de deux ans de la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire, des Ivoiriens ont des appréhensions quant au déroulement de ce scrutin. Ils l’ont fait savoir au cours de l’émission « Appel sur l’actualité » de Radio France Internationale( Rfi), enregistrée depuis Abidjan et diffusée le jeudi 25 Avril 2019. Des inquiétudes suscitées ou entretenues par des propos d’acteurs politiques représentés sur les antennes. Il s’agissait du ministre Touré Mamadou pour le compte du parti au pouvoir, le Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix(Rhdp), de Jean-Louis Billon, représentant le Parti démocratique de Côte d’Ivoire( Pdci-Rda) et d’Alain Lobognon, parlant au nom des partisans de l’ex-président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro. « Je suis traumatisé quand j’écoute nos leaders politiques. En 2010, on a entendu Gbagbo dire de ne pas avoir peur et qu’il n’y aura rien ! On a également entendu Blé Goudé dire : « y a rien en face ! ». Aujourd’hui, j’entends : « C’est bouclé, c’est géré. Ça fait peur ! », s’est, en effet, inquiété un auditeur. Ses craintes faisaient suite aux propos entendus depuis quelque temps sur la scène politique nationale et qui ont été repris, durant l’émission, par le porte-parole adjoint du gouvernement et du Rhdp, Touré Mamadou. « En ce qui nous concerne, lorsque nous disons que 2020, c’est bouclé, c’est géré, c’est parce que, pour nous, au regard des dernières élections locales, c’est bouclé, c’est géré, vu que la majorité des Ivoiriens se sont prononcés en faveur du Rhdp. Mais je peux vous rassurer que jamais- parce que cela est contraire à la philosophie du président Ouattara- il n’y aura d’acte antidémocratique qui remette en cause le processus de stabilité et de cohésion », a toutefois assuré cette figure du Rhdp. Il n’en fallait pas plus pour faire bondir l’ex-ministre Jean-Louis Billon, membre du Secrétariat exécutif du Pdci : « Je veux dire à Mamadou( Touré Mamadou, ndlr) que 2018, ce n’est pas 2020 : 2020, c’est une élection présidentielle et non une élection locale. Donc, je le répète, si vous croyez qu’elle est gérée et calée, vous allez en face d’une immense déception ». Puis le dignitaire du parti d’Henri Konan Bédié de renchérir : « Quel que soit le candidat qu’ils vont mettre en face, nous allons gagner et les battre à plate couture ! Si c’est verrouillé, nous allons déverrouiller ; si c’est bloqué, nous allons débloquer ; et si c’est calé, nous allons couper-décaler ! ».

Polémique autour du 3e mandat

Les invités de Rfi se sont par ailleurs exprimés sur les conjectures autour d’un troisième mandat du chef de l’Etat, Alassane Ouattara. Tout est parti de l’interpellation d’un auditeur, qui a pratiquement prié le président de la République de ne pas se porter candidat à un troisième mandat en 2020. « J’aimerais dire au président Alassane Ouattara de résister au démon du 3e mandat. C’est le cri du cœur de plusieurs jeunes Ivoiriens comme moi. Il faut qu’en Côte d’Ivoire on puisse voir un président sortant serrer la main d’un autre président élu démocratiquement (…) Que Ouattara nous le montre en 2020 en ne se présentant pas mais également en empêchant les deux autres ténors, Gbagbo et Bédié, de se présenter pour éviter qu’on ait une copie du match de 2010 », a-t-il plaidé. En réaction, Touré Mamadou a cru devoir le rassurer quant aux intentions de Ouattara s’agissant de 2020. « La position du président Ouattara est claire : premièrement : la Constitution ne lui enlève pas la possibilité d’être candidat. Deuxièmement : il pense fondamentalement que la relève des générations doit se faire en Côte d’Ivoire et que lui, le président Bédié et les autres, devraient pouvoir faire confiance à une jeune génération qui a appris autour d’eux et qui est apte aujourd’hui à gérer », a soutenu le membre du gouvernement. Non sans ajouter aussitôt : « Mais, ce qu’il dit aussi, c’est que tout en ayant cette position de principe, sa position finale, il la prendra en 2020 en fonction de l’évolution de la situation interne ». Ces propos n’ont pas manqué de susciter la réplique du proche de Guillaume Soro, Alain Lobognon. « Il est important de demander au ministre Touré de relire ses archives. Au moment du débat sur l’adoption de la nouvelle Constitution, ceux qui demandent à M.Ouattara d’être candidat, disaient aux Ivoiriens que, dans tous les cas, il n’est pas éligible. Effectivement, il n’est pas éligible pour un 3e mandat, pour la simple raison que la disposition ancienne de l’article 35 alinéa 1 a été reconduite dans l’article 55 de la nouvelle Constitution », a contrecarré ce fidèle de l’ex-président de l’Assemblée nationale. Et d’ajouter : « Deux mandats, rééligible une seule fois. Donc constitutionnellement parlant, il n’a pas le droit de se représenter ». Alain Lobognon a par ailleurs indiqué que lui et tous ceux qui se reconnaissent en Soro auront bel et bien un candidat en 2020 : « M.Soro Guillaume sera au rendez-vous de 2020 si les conditions sont réunies pour une élection transparente, juste, démocratique et apaisée ». La transition est toute trouvée pour évoquer le passage de témoin à une nouvelle génération. Là-dessus, Jean-Louis Billon a semblé appeler cela de tous ses vœux. « Sur le continent africain, nous avons la population la plus jeune et la classe politique la plus vieille. Il est grand temps que les générations nouvelles prennent leur destin en main et décident de leur futur… », a-t-il lâché. Quant à Touré Mamadou, il a fait savoir que Ouattara « a à cœur de transmettre le pouvoir à une nouvelle génération et cela de façon démocratique ». Car, a-t-il poursuivi, « il pense qu’à partir d’un certain âge, il faut faire confiance aux jeunes générations ». Voilà qui relance le débat sur l’élection présidentielle de 2020.

Nadia YORO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.