Info continue

.

Meeting au Felicia/ C’est gâté au sein de l'opposition

Meeting au Felicia/ C’est gâté au sein de l'opposition
Publié le: 15 octobre 2020
L'opposition est sortie affaiblie de ce meeting

C’est le malaise au sein de l’opposition, après l’échec du meeting, samedi 10 octobre 2020, au stade Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan-Plateau. Sur 120.000 militants attendus, environ 30.000 ont répondu à l'appel. Un cinglant désaveu à l’opposition, qui comptait prouver au monde sa popularité en démontrant, par la même occasion, l’illégitimité du président de la République sortant, Alassane Ouattara. Cet échec a durement été ressenti au sein des partisans des anciens présidents Henri Konan et Laurent Gbagbo, au point de créer un malaise. De sources bien introduites, l’échec serait imputable au secrétaire exécutif en chef du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci), Maurice Kakou Guikahué, qui aurait gardé par devers lui une partie des sous décaissés pour la circonstance. Ce qu'il a remis aux autres leaders politiques était dérisoire et ne leur a pas permis de ''mouiller le maillot'', selon le jargon ivoirien. En effet, Guikahué comptait sur une mobilisation volontaire des populations pour le stade. Il s'en était convaincu et espérait que les choses se passeraient ainsi. Erreur de calcul ! Les populations boycottent depuis toujours leurs initiatives. Tous leurs mots d'ordre ont été un fiasco sur le terrain, depuis l'appel à des insurrections jusqu'à la désobéissance civile. « C’est chaud ici. Après l’échec du meeting, Bédié n'est pas content. Il l'a fait savoir à Guikahué. Certains cadres du Pdci ont tenu Guikahué pour responsable de cet échec. Quant à nos alliés du Fpi, toutes tendances confondues, ils disent avoir été infantilisés », nous a révélé une source proche de Bédié.

‘’Les Gor boudent Guikahué’’

 

Assoa Adou (à gche) n'est pas content de Guikahué
Assoa Adou (à gche) n'est pas content de Guikahué 

 

Le Fpi proche de l’ancien président Laurent Gbagbo ne décolère pas. Assoa Adou confie en privé l'humiliation qu'ils vivent dans l'alliance du fait du Pdci qui ''gère tout''. « Guikahué n’en fait qu’à sa tête », souffle le secrétaire général du Fpi, à ses proches. Tout est organisé par le Pdci : conférence de presse, dépenses, la prise de parole…. Les autres doivent suivre et ne rien dire. Le fait d’autoriser une prise de parole de Simone Gbagbo a créé un malaise avant le meeting. Assoa Adou n'en voulait pas. Laurent Gbagbo est opposé à une intervention de son épouse au meeting. Pour avoir imposé Simone, Guikahué est boudé par le camp Gbagbo ou rien (Gor). Assoa Adou a même  boycotté la réunion de débriefing convoquée par Guikahué.

 

Amon Tanoh prétend avoir mobilisé 87 cars qui auraient été bloqués
Amon Tanoh prétend avoir mobilisé 87 cars qui auraient été bloqués 

 

‘’Amon Tanoh et la fable des 87 cars’’

 

Ladite réunion a mis en exergue des défaillances techniques qui ont révulsé Henri Konan Bédié. Il a eu du mal à comprendre qu’un meeting aussi important soit un échec pour l’opposition. Comme réponse, Guikahué a invoqué une présence de drone qui aurait ''brouillé la sonorisation''. Il n'a pas manqué de relever le blocage de convois des militants de l'opposition pour le stade par le pouvoir d'Abidjan. Une explication qui a fait pouffer de rire certains participants à la réunion, qui estiment leger l'argumentaire. Indexé sur le fait que les petits partis n'ont pas suffisamment mis la main à la patte, Marcel Amon Tanoh a tenté de sauver sa tête. Il a expliqué que les 87 cars qu’il a pu mobiliser dans le Sud-Comoé ont été bloqués par le pouvoir en place. A la question de savoir où exactement, l’ancien collaborateur du chef de l’Etat a balbutié, ajoutant que ''c’est entre Bassam et Port-Bouët''. Ce qui, évidemment, n’a pas convaincu le Pdci.

La responsable communication d’Henri Konan Bédié, Djénébou Zongo, restée silencieuse pendant un moment, a tenté de voler à la rescousse de Guikahué. Elle a soutenu « le complot du drone ». En revanche, après le débriefing, elle a constaté qu’elle ne faisait pas partie de la délégation du Pdci qui devait se rendre à Accra. elle n’a pas apprécié cette exclusion et s’en est ouverte à des proches. C'est vraiment gâté au sein de l'opposition à laquelle il ne reste qu'une seule alternative. Empêcher le bon déroulement de la campagne et si possible, le scrutin présidentiel. Le sachant, le pouvoir a pris les dispositions à cet effet. Comme l'avait indiqué le Premier ministre Hamed Bakayoko, la note des casses sera envoyée au domicile des commanditaires.

Jean-Baptiste ESSIS