Une rumeur sur l'arrestation du président du Collectif des victimes de Côte d'Ivoire ( Cvci) a circulé via des sites d'informations générales et sur les réseaux sociaux. Nous sommes en mesure de vous dire qu'il n'en est rien. Issiaka Diaby est bel et bien libre de ses mouvements. Nous l'avons rencontré ce dimanche 17 novembre 2019 à 19h25 à Marcory précisément au restaurant Rifat. C'est un Issiaka Diaby surpris de la rumeur qui a circulé sur son arrestation qui s'est ouvert à infoplus.ci. "C'est une cabale. Comme vous pouvez le voir, je suis bel et bien là", a-t-il indiqué. 

Il y a une dizaine de jours, dit-il, des militaires ont débarqué dans sa société pour l'arrêter. Conduit à la brigade de recherche, il a été surpris des accusations portées contre lui. À défaut de plaintes, il a été relâché. À son tour, il a porté plainte contre les auteurs de la cabale. Convoqués pour une confrontation, les plaignants ont pointé absents avant de faire l'objet d'une recherche de la gendarmerie. Jusqu'à ce M. Diaby découvre sur des sites d'informations des articles sur son arrestation. "Les auteurs des articles seront assignés en justice. Les règles réglementaires du journalisme invitent les journalistes à vérifier avant toute publication. Je suis une personne publique et mon numéro est pourtant connu. Ils auraient dû ou pu m'appeler. Ils ont préféré diffuser une fausse information. Je vais les poursuivre pour diffamation. Je suis en train de constituer les dossiers à cet effet. On se retrouvera tous devant le juge. Je ne reculerai pas", a prévenu Issiaka Diaby. 

Nadia YORO 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.