L’écrivain l’a dit. Le molosse ne peut jamais changer sa manière éhontée de s’asseoir. A quelques mois de la tenue de l’élection présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire, Henri Konan Bédié le père de l’ivoirité a décidé de renouer avec ce concept qui est à la base de tous les maux de la Côte d’Ivoire. A chacune de ses sorties, le président du PDCI RDA ne rate aucune occasion pour faire étalage de sa haine viscérale pour les étrangers. Fait curieux, à la veille de la célébration de la paix, le fils putatif de Félix Houphouët Boigny a démontré qu’il est le véritable problème de la paix en Côte d’Ivoire contrairement à tout ce qui se claironne dans son parti. Au cours d’une session du bureau politique de son parti, l’ancien chef d’état, à 86 ans, a tenu des propos qui, si l’on n’y prend garde risquent de réveiller les vieux démons de la division. Voulant dénigrer l’extraordinaire mobilisation du RHDP à Paris, le vieux président du PDCI s’est attaqué aux Maliens en les accusant d’avoir été corrompus pour venir remplir la salle.

Cette sortie haineuse de Bédié envers les étrangers n’est pas la première depuis que l’homme entretient le projet de se porter candidat à la présidentielle d’octobre prochain. Au cours d’une rencontre avec ses militants à Daoukro, l’homme a ouvertement accusé les étrangers de la CEDEAO d’être à la base des problèmes de la Côte d’Ivoire en pillant ses richesses avec le phénomène de l’orpaillage. Pire, le même Bédié a stigmatisé les étrangers de constituer du bétail électoral pour le RHDP. Avec cette dernière sortie du président du PDCI RDA, l’on peut dire que Henri Konan Bédié qui est l’architecte des théories xénophobes et ivoiritaires n’a pas changé. Son rêve de revenir aux affaires n’est rien d’autre qu’un projet revanchard à travers lequel l’homme veut faire resurgir sa haine aveugle pour les étrangers qui vivent en bonne intelligence avec leurs frères ivoiriens depuis des lustres. Ces propos xénophobes de Bédié doivent interpeller les Ivoiriens qui ne veulent plus revivre une autre crise aux conséquences lourdes pour le pays. En Côte d’Ivoire, il existe une loi qui réprime l’apologie de la xénophobie et du tribalisme. Les autorités du pays et les organisations de défense des droits de l’homme doivent donc s’en saisir pour recadrer le vieux président du PDCI avant qu’il ne soit trop tard.

Josué Kouadio

LAISSER UN COMMENTAIRE

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.