Le Directeur exécutif du Rhdp avait pourtant promis de régler la crise au sein de certaines coordinations Rhdp locales, notamment à Grand Bassam, au cours de sa grande conférence de presse à l’hôtel sofitel Ivoire. Plus d’une semaine après, à Grand Bassam, le problème persiste. De quoi s’agit-il ? Un groupe de dissidents amenés par l’un des coordonnateurs associés du Rhdp, en l’occurrence Hamidou Sanogo, organise, parallèlement aux activités officielles du Rhdp, des cérémonies officieuses pour démettre des responsables de ce parti pourtant nommés par le président de la République, président du Rhdp, Alassane Ouattara. Samedi 9 novembre 2019, à la salle polyvalente du carrefour Jeunesse, Amidou Sanogo (2ème adjoint au maire), Mamadouba Camara (3ème adjoint au maire) et ces dissidents ont organisé une cérémonie pour s’opposer au choix du Dr. Echui Aka comme délégué départemental du Rhdp. Prétextant d’une cérémonie de sensibilisation des nouveaux majeurs du Rhdp, ces dissidents ont voué aux gémonies les choix du président Ouattara, affichant ainsi un mépris pour le numéro 1 ivoirien. En plus du Dr. Echui Aka, ils ont également récusé le choix de M. Bayaki, anciennement président des enseignants du Rassemblement des républicains à Grand Bassam.

Cette cérémonie avait été organisée parallèlement à une autre qui se tenait à Koffikro et qui a mobilisé les hauts cadres du Rhdp, dont les ministres Marcel Amon Tanoh et Aka Aouélé, cadre de la région du Sud-Comoé et du directeur exécutif du Rhdp, Adama Bictogo. Un acte de rébellion passé sous silence et qui interpelle la haute direction du Rhdp.

Ce samedi 16 novembre 2019, se tiendra à Aboisso, à la demande du ministre Aka Aouélé, l’investiture des responsables du Rhdp du Sud Comoé. Pendant qu’à Grand Bassam, Jean-Louis Moulot, maire de la commune et premier responsable du Rhdp, s’attèle à mobiliser les populations pour cet événement, Hamidou Sanogo et ses dissidents organisent une autre activité à laquelle ils convient les militants du parti présidentiel. Un cadre de Grand Bassam, joint par téléphone, a exprimé sa colère et invité les hauts cadres du Rhdp, en l’occurrence Adama Bictogo à régler définitivement la question. « C’est un mépris pour le président de la République. C’est lui qui a nommé et des dissidents, guidés par leurs intérêts personnels, osent remettre en cause les choix du président Ouattara. C’est un acte de défiance et de rébellion qui ne doit pas rester impuni. Si la haute direction ne fait rien, nous prendrons nos responsabilités », a-t-il fulminé.

Pour rappel, Hamidou Sanogo faisait partie des cadres qui ont battu campagne au premier tour des municipales de Grand Bassam contre Jean-Louis Moulot. Lors d’une réunion au second tour, Ibrahim Magassa, cadre de Bassam, l’avait tancé et accusé de trahir le Rhdp au profit du Pdci. Apparemment, M. Sanogo est toujours dans sa posture, défiant ouvertement les cadres de la direction du Rhdp.

L’un de ses proches a indiqué qu’il ne s’agit pas seulement de M. Sanogo, mais des militants du Rhdp qui ne veulent plus subir d’injustice. En tout cas à Grand Bassam, l’atmosphère au sein du Rhdp est lourde et la direction du parti présidentiel est interpellée.

Assita KONATÉ 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.