Bédié tente de convaincre Gbagbo

À Paris depuis plus d'une semaine, Henri Konan Bédié n'est pas moins actif. Selon la Lettre du Continent dans sa parution de ce mercredi, Bédié tient toujours à rencontrer l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, pour lui proposer la plateforme de l'opposition pour la conquête du pouvoir en 2020. Cette plateforme sera un front uni contre le pouvoir en place. Mais il y a un hic. C'est que le leader du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci) compte y faire intégrer Guillaume Soro, ex-président de l'Assemblée nationale aujourd'hui en disgrâce avec le président Ouattara. Or, Laurent Gbagbo en résidence surveillée en Belgique depuis son acquittement et en attente d'un procès en appel de la Cpi semble réticent. L'ex-chef d'État n'a pas encore digéré la trahison dont il a été victime de la part de Guillaume Soro. 

En effet en 2010, alors que la victoire de Ouattara a été déclarée par la Commission électorale indépendante (Cei) et confirmée par la communauté internationale, Soro, à l'époque Premier ministre de Gbagbo a pris fait et cause pour Ouattara. Un acte considéré par Gbagbo comme une trahison, d'autant plus que dans le principe et les actes, le soutien de Soro lui était acquis. Tout comme Gbagbo tient pour responsable la coalition au pouvoir de l'avoir envoyé à la Cpi. Tout compte fait, si la rencontre entre Bédié et Gbagbo devrait avoir lieu, ce sera sous fond de gestion du contentieux électoral de 2010. 

Quant à Bédié, mis en difficulté par le pouvoir qui, au travers du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) débauche ses cadres, son salut viendrait d'une coalition. À Paris, il met tout en oeuvre pour faire aboutir son objectif. C'est ce qui explique les rencontres entre le Pdci et le Fpi de la tendance Gbagbo à Abidjan. C'est ce qui explique aussi une rencontre entre son secrétaire exécutif, Maurice Kakou Guikahué et Gbagbo lui-même en Belgique. 

Bédié espère convaincre Gbagbo de l'importance de cette coalition. D'où l'ordre du jour soumis à Gbagbo et pas encore validé. 

Charles Blé Goudé voit les choses autrement. Dans une récente interview à Tv5, ce proche de Gbagbo s'est élevé contre les coalitions pour combattre un individu. Pour lui, s'il doit avoir une coalition, c'est pour faire des propositions pour le bien-être des Ivoiriens. Par ailleurs Blé Goudé a dénoncé le débat politique autour de la nationalité et estimé que cette question doit être réglée sans passion. Une intervention qui prend le contre-pied de l'axe d'intervention du Pdci qui a inscrit la nationalité au coeur de son discours. En un mot comme en mille, l'opposition est d'accord que Ouattara doit partir du pouvoir, mais elle peine à s'accorder sur une stratégie commune. 

Au Rhdp, l'heure est à la sérénité. Un proche du pouvoir joint par téléphone ce jour est optimiste quant aux chances de la coalition au pouvoir de rempiler. "L'opposition non idéologique porte en elle-même les germes de son échec. Le problème de cette coalition de façade, c'est le leadership. Qui prendra la tête? Ensuite, le Pdci espère secrètement une non non-participation de Gbagbo à la présidentielle pour récupérer son électorat. Au Fpi de Gbagbo, la ligne de conduite est la même. Pas de participation si Gbagbo n'est pas candidat", analyse ce cadre du parti au pouvoir. Sur le cas Soro, notre informateur est moins prolixe : "Il y aura des surprises". 

Yves TAPÉ 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.