Çà ne va pas dans la ‘’case’’ du parti présidentiel à Béoumi. Une crise de leadership divise, en effet, les cadres de la formation politique du président Alassane Ouattara. Elle met en scène deux clans. Il s’agit du bloc de militants conduits par Sidi Touré, ministre de la Communication et des Médias et celui comprenant le duo Mamadou Doumbia, opérateur économique et Yacouba Traoré, candidat malheureux du RHDP lors des municipales de 2018. Si l’on s’en tient aux confidences sur la crise qui n’est pas passée inaperçue, samedi, lors de la journée d’hommage des populations au président de la République, Alassane Ouattara - cérémonie au cours de laquelle le ministre Sidi Touré a brillé par son absence - la guerre froide qui bat son plein entre les deux camps qui s’évitent, remonte au dernier scrutin municipal dernier. Ceux qui ont pris d’assaut la gare routière de la ville en sont, en tout cas, convaincus. La perte de la mairie vient « du double jeu » du ministre Sidi Touré. Le mis en cause qui digère mal l’accusation portée contre sa personne, choisit depuis lors de faire cavalier seul. Pis, de bouder ou saboter toute action initiée et/ou cautionnée par le duo Doumbia-Traoré. Pour preuve, peu avant l’arrivée du ministre Konaté Sidiki, représentant du ministre Amadou Koné, président de la cérémonie d’hommage à Alassane Ouattara, des hommes présentés comme agissant pour le compte de Sidi Touré, faisaient retourner des délégations. Le motif allégué était l’annulation de l’activité. Ceci, dans le dessein de ‘’faire taper poteau’’ aux ‘’frères’’ en face et attester ainsi de leur impopularité. Justifiant ainsi du coup la défaite du RHDP aux municipales. La mayonnaise n’ayant pas pris, selon ses détracteurs, le ministre-porte-parole du gouvernement abat cette fois la carte du boycott. Vrai ou faux ? Ce qu’on peut dire avec certitude, est que l’accusé, quoique présent dans la région du Gbêkè où il a remis les prix de la deuxième édition du concours régional d’excellence aux 59 lauréats et même dans la ville – Béoumi – où il a assisté à la messe pascale, a boudé la cérémonie. D’ailleurs, sur sa page officielle facebook, il écrit ce qui suit : « Au-delà de toutes les considérations religieuses, nous sommes tous fils d'un même Dieu et surtout d'une même nation. À l'occasion de la célébration de la Pâques, le Préfet du département de Béoumi, Djedj Mel et moi avons assisté à la messe avec la communauté chrétienne de la Paroisse Notre Dame de la Paix de Béoumi. Bonne fête de Pâques à toute la communauté chrétienne de Côte d'Ivoire et en particulier à celle de Béoumi. Que le Pardon et la Paix soient notre partage ». On comprend aisément que le ministre de la Communication a choisi délibérément de manquer à la fête dédiée pourtant au chef de l’Etat. Une cause, qui devrait aider à taire les divergences et contradictions internes. Que nenni ! Cette défection remarquée n’a pas manqué de fâcher les hôtes du jour. Bema Fofana, parrain et Sidiki Konaté ont choisi, de leur côté, d’ignorer Sidi Touré. Ainsi, pendant leur ‘’speech’’, aucun traitre mot ne lui a été adressé. Un message clair pour marquer leur refus du boycott et la volonté de ne pas faire la paix avec ses frères de la famille RHDP aussi bien locale que régionale.

Assita Aude Konaté

LAISSER UN COMMENTAIRE

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.