Les déboires du général Gilbert Diendéré, patron de l’ex-Rsp, ne finiront pas de sitôt. S’il a lui-même pu échapper à la prison à vie, comme le réclamaient les parties civiles et le parquet militaire, ce n’est pas le cas pour son épouse. Fatoumata Diendéré a été, en effet, condamné à 30 ans de prison ferme. Et ce, pour les faits liés au coup d’Etat manqué de septembre 2015. Jugée par contumace avec 5 co-accusés en fuite, la toute influente femme de Diendéré sous le pouvoir de Blaise Compaoré a été reconnue coupable des faits d’attentat à la sûreté de l’Etat ; de complicité d’attentat ; d’incitation à la commission d’attentat à la sûreté de l’Etat et des actes contraire à la discipline militaire ; et de meurtre et de blessure volontaires. « La Cour déclare constitués les faits (sus-évoqués, ndlr) à l’encontre de l’accusée. En répression, la condamne à 30 ans de prison ferme », délibérait le juge-président du tribunal militaire du Faso, Seydou Ouédraogo, qui a condamné les co-accusés également en fuite de peine allant de 11 à 19 ans. 24 heures avant ce verdict, inculpée depuis 2016 pour des charges similaires, la belle-fille du chef de l’ex-Cndd qui avait pris le pouvoir du 17 au 21 septembre 2015, au Burkina Faso, en renversant le gouvernement de transition, à savoir Fatoumata Diendéré, avait bénéficié d’un acquittement.

Aude Assita Konaté, Envoyée spéciale à Ouaga

LAISSER UN COMMENTAIRE

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.