Le meeting qui devait consacrer la rentrée politique du Rhdp de Grand Bassam a été reporté à une date ultérieure. Samedi 23 novembre 2019, les militants s'étaient pourtant mobilisés massivement pour cet événement qu'ils ont préparé depuis près d'un mois. Dès 12h, ils ont pris d'assaut le carrefour jeunesse de Grand Bassam pour célébrer leurs cadres et recevoir les consignes. Malheureusement, vers 18h, le sénateur, Germain Ollo, leur a annoncé l'annulation de la rentrée politique. Mais bien avant cette annonce, les jeunes ont interpellé la direction du Rhdp. Ils ont exigé le respect de la signature du président de la République, président du Rhdp. "Nous avons sacrifié notre vie à Bassam pour le Rdr d'abord et ensuite pour le Rhdp. Jusque-là, nous n'avons rien obtenu comme poste. Parce que pour nous, le combat que nous avons mené était pour défendre un idéal de paix et de développement. Aujourd'hui, nous sommes fiers des réalisations du président de la République. Nous sommes pour la cohésion et pour le rassemblement au Rhdp. Mais nous n'accepterons pas qu'on viole la signature du président Ouattara", a déclaré Chérif, leader communal de jeunesse du Rhdp. Il a exigé que les responsables locaux du Rhdp désignés officiellement par le président Ouattara soient respectés.

Grand Bassam : Quand des dissidents du Rhdp affichent leur mepris pour ouattara

Pendant que Chérif parlait, des loubards ont investi la main courante du meeting pour tenter d'y semer le désordre. Les éléments des forces de sécurité sont promptement intervenus pour mettre hors d'état de nuire le principal instigateur du désordre. Le meeting s'est poursuivi avec l'intervention du représentant du ministre Marcel Amon Tanoh et du Sénateur Germain Ollo. Plus tard, Amadou Bayaki, président du comité d'organisation du meeting s'est rendu au commissariat pour porter plainte contre le trouble-fête pour violence et voie de fait. Les mandants du loubard ont envoyé des jeunes au commissariat pour réclamer la libération de leur élément.

À Grand Bassam, l'atmosphère au Rhdp se crispe de plus en plus. De sources bien introduites, la dissidence au sein du Rhdp local a obtenu reforme de bureau communal, après l'investiture des premiers responsables au niveau régional. Une situation que dénoncent les jeunes du Rhdp de Grand Bassam, qui menacent de tout gâter si le Directeur exécutif, Adama Bictogo, s'engage à réformer le bureau en faisant droit à la requête des dissidents. "Seul le président Ouattara peut modifier le bureau. Si on nous impose des gens parce qu'ils ont des relations, nous allons tout gâter ici. Parce que si eux ne respectent pas la signature du président Ouattara, nous n'allons pas aussi respecter leurs décisions", ont menacé des jeunes. En attendant la prochaine cérémonie au Rhdp, la situation est plus que préoccupante. La direction du Rhdp est donc interpellée au risque d'assister à un blocage du parti dans la cité balnéaire.

Aissata KONATE 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.