Dah Sansan a réagi à l'assignation en justice de Amadou Soumahoro

Des députés ivoiriens proches de Guillaume Soro ont saisi la justice dans un communiqué qu'ils ont publié ce lundi 1er juillet 2019 ans. Le motif : protester contre la composition d'une nouvelle section ivoirienne de l'APF. Le camp Amadou Soumahoro, du nom du nouveau président de l'Assemblée parlementaire francophone, a aussitôt réagi. Ci-dessous sa réaction

POINT DE PRESSE DE LA SECTION APF DE COTE D'IVOIRE RELATIF À UNE ASSIGNATION DE REQUETE DE QUATRE DEPUTES

Mesdames et Messieurs les journalistes,

Tout en vous remerciant pour votre disponibilité toujours salutaire et appréciable, je voudrais partager avec vous l'évolution de l'actualité parlementaire de notre pays, notamment la section de l'Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) du parlement ivoirien.

Tous, vous avez suivi le débat sur la tenue de la 27ème régionale Afrique de l'APF, Suivie de la décision ferme de tenir la 45ème Assemblée de l'APF en côte d'ivoire du 05 au 09 juillet 2019.

Alors que l'on croyait que la sagesse et la responsabilité avaient permis à la dissidence de comprendre que la section ivoirienne et le bureau de l'APF ont respecté les règles qui gouvernent le fonctionnement des institutions parlementaires que sont l'APF et sa section ivoirienne, cette dernière a été fort surprise de voir une assignation donné à Monsieur Amadou SOUMAHORO, Président de l'Assemblée Nationale, à la requête des députés. Ci-après:

1. Gnangadjomon KONE ;

2. DAKOI Brou Bénie ; 3. Ehoussan TANOH ;

4. FOFANA Bassatigui ;

5. Gabriel Badjé DANHO.

Au soutien de leur requête qui s'oppose à la modification de la composition de la section APF de Côte d'ivoire, les requérants avancent des motifs très surprenants.

Afin d'éclairer la lanterne de toute personne désireuse de comprendre les circonstances et les justifications pertinentes de la section APF le 17 Avril 2019, nous avons décidé d'animer ce point de presse.

En effet, la possibilité de modification de la composition de la section APF tire sa base légale de l'article 139 du règlement de l'Assemblée Nationale qui dispose que:« Conformément aux statuts de ces organisations, le président de l'Assemblée Nationale, après avis du bureau, désigne les membres des groupes nationaux et des sections locales des Institutions Interparlementaires auxquelles l'Assemblée Nationale est affiliée. »;

L'article 138 ayant déjà indiqué que:« l'Assemblée Nationale peut adhérer à des assemblées ou organisations interparlementaires dont les buts ne sont pas contraire à la constitution. »

L'alinéa 2 de l'article 139 précité précise: « La composition de ces groupes Nationaux ou Sections Nationales doit refléter la configuration politique de l'Assemblée Nationale. »

Une bonne lecture de ces dispositions nous permet de comprendre que l'alinéa deuxième à lui seul achève de convaincre que la modification de la composition de Section Ivoirienne de s'impose.

Mesdames et Messieurs les journalistes, il ne peut échapper à aucun acteur politique Ivoirien que depuis le congrès du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) du 26 Janvier 2019, la configuration politique de l'Assemblée Nationale a connu un changement majeur. Ainsi,

- Le plus grand groupe parlementaire, le RDR a disparu ;

- Des groupes parlementaires indépendants ont également disparu ;

- L'on a assisté à la naissance d'un nouveau groupe parlementaire RHDP suite à la naissance d'un parti dénommé RHDP ;

- L'on a aussi vu la naissance d'un nouveau groupe parlementaire appelé Rassemblement du parti politique RACI.

Des lors, il est incontestable que ces naissances et disparitions de groupes parlementaires doivent induire nécessairement une modification de tous les organes de l'Assemblée Nationale est même confortée par les dispositions de l'article 5.1 des statuts de l'APF qui ainsi libellées: « Une section regroupe tout ou partie membres du parlement dont elle émane. Sa composition politique tend à refléter de ce parlement. Elle désigne la désigne la délégation qui l'a représente à l'Assemblée Plénière dans les conditions fixées à l'article 9.2.»

Avons-nous encore besoin de spéculer sur la nécessité ou non de la modification de la section APF intervenue le 17 Avril 2019. Le droit ne résulte pas de la pure imagination.

N'est-ce pas au nom de ces même dispositions que l'ancien président de l'Assemblée Nationale a procédé à la modification de la section par arrêté n•001/AN/PT/ du 16 Novembre 2017 suite au renouvellement du mandat parlementaire.

Convenons ensemble, et ce, à la lumière des textes su-visés que les règles de la composition des sections ne sont pas figées et admettent bien des possibles.

À toute fin utile, aucune disposition ne prévoit un mandat immuable du député membre de la section APF comme c'est le cas du député à l'Assemblée Nationale qui a un mandat constitutionnel de 5 ans.

De même, il importe de relever que tous les groupes parlementaires ont été consultés pour la composition de la section Ivoirienne de l'APF.

Nous tenons à votre disposition les retours par courriers adressé aux groupes intéressés.

Mesdames et Messieurs les journalistes, je crois vous avoir fourni assez d'éléments d'éclairage sur cette plainte de quatre députés.

Avant de terminer, je voudrais relever que si la saisine des tribunaux est la voix indiquée en démocratie, elle doit se faire quand cela est utile et nécessaire, les procédures dilatoires doivent être proscrites.

À titre d'information, les députés de l'opposition viennent d'être députés dans une procédure de référé d'heure à heure. Voilà qu'ils remettent le couvert en saisissant le tribunal de première instance d'Abidjan Plateau.

La décence intellectuelle et morale doit animer notre opposition parlementaire. C'est tout simplement décevant que dès Ivoiriens qui prétendent aimer leur patrie se livrent en spectacle en tenant de convaincre des parlements frères pour combattre le parlement ivoirien ; et qu'elle ironie donc que de se vanter d'avoir servi la côte d'ivoire à des niveaux de responsabilité très élevés.

Aucune ivoirien n'a le droit de priviléger ses propres intérêts et individuels au détriment des intérêts de la république. Tous les autres intérêt partisans doivent attendre. Pour l'heure les intérêts du parlement Ivoirien sont portés par son représentant constitutionnel qui est les président Amadou SOUMAHORO.

Vivement que tous les parlementaires Ivoiriens rangent leurs intérêts personnels au profit de la Côte d'ivoire qui brille de mille lumières sous le leadership éclairé su président Alassane OUATTARA.

Fait à Abidjan, le 01 Juillet 2019

Tilkouété Sansan DAH Président Délégué de la section APF.

COMMENTS

  • Anonyme (non vérifié) 21.08.2019, 5:24 am

    svp arrêter de discréditer la cote D'ivoire par votre politique politicienne peut être opposant et être président de l'Assemblée nationale; vraiment vous donner la honte à mon pays; vraiment Dieu souvienne de mous. Merci

LAISSER UN COMMENTAIRE

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.