Les autorités ivoiriennes sont engagées dans le processus de réconciliation

Huit ans après la chute de Laurent Gbagbo, la Côte d’Ivoire a fait de grands pas sur le chemin de la réconciliation. Beaucoup d’actes ont été posés par le nouveau régime pour restaurer la cohésion nationale. Même si, il faut l’admettre, ce n’est pas encore le grand amour entre toutes les communautés du pays. Preuve, s’il en est, que le retour de l’entente entre les populations est une œuvre de longue haleine. Comme en témoigne la situation au Rwanda où la réconciliation reste une quête perpétuelle, 25 ans après le génocide. C’est du moins ce qu’ont admis bien des observateurs à l’occasion de la célébration du 25e anniversaire de cette tragédie, le 7 avril 2019. C’est dire que le retour à une cohésion nationale durable devra se construire à travers le temps. Et cela nécessite des actes ou signaux forts, dont plusieurs ont été posés par le président Alassane Ouattara et son gouvernement ces huit dernières années pour recoudre le tissu social déchiré par la crise postélectorale. Le dernier en date, c’est l’amnistie annoncée par le chef de l’Etat, le 6 août 2018. En prenant une ordonnance d’amnistie, Alassane Ouattara efface les exactions commises lors de la crise postélectorale et après. Au dire du chef de l’Etat, elle devrait profiter à 800 personnes en particulier, parmi lesquelles 500 partisans de l’ex-président, Laurent Gbagbo, qui avaient été mis en liberté provisoire ou sont en exil. Ils « verront leurs condamnations pénales effacées » ou « il sera mis fins aux poursuites à leur encontre », a assuré Alassane Ouattara le 6 août 2018. Les jours qui ont suivi, les portes des prisons se sont ouvertes. Depuis, des figures emblématiques de l’ancien régime Gbagbo, comme Simone Gbagbo, Assoa Adou, Lida Kouassi, Hubert Oulaye et plusieurs autres hument l’air de la liberté. Et ont vu leurs comptes bancaires dégelés. Touches choses qui ont davantage boosté la réconciliation. Bien avant, d’autres gestes ont été faits par le gouvernement en vue d’apaiser les cœurs. Il s’agit notamment de la remise en liberté provisoire de plusieurs barons et partisans de l’ancien régime, arrêtés et incarcérés au lendemain de la crise postélectorale. Par ailleurs, le retour au pays d’une bonne frange d’exilés a été favorisé et nombre d’entre ces pro-Gbagbo ont été réintégrés dans leurs fonctions dans l’administration publique. C’est notamment le cas des diplomates Alcide Djédjé et Eugène Allou Wanyon ou encore de Kacou Brou alias KB, ex-parrain de la Fédération estudiantine de Côte d’Ivoire( Fesci) et Kadet Bertin. La réconciliation s’est, par ailleurs, nourrie d’autres actes comme la restitution de certains biens volés ou arrachés et des habitations qui, au sortir de la guerre, étaient indûment occupées. Plusieurs citoyens, au nombre desquels des dignitaires de l’ancien régime Gbagbo, ont ainsi pris possession de leurs résidences, même si elles ont subi le contrecoup de la guerre. Ces actes ont assurément contribué à désarmer quelque peu les cœurs. A cela, il faut ajouter l’indemnisation amorcée des victimes de la guerre postélectorale et plus généralement des crises successives que le pays a vécues. Certes, il reste encore des actes à poser à ce niveau pour soulager toutes celles et tous ceux qui ont tout perdu durant ces moments de folie. Au total, beaucoup a été fait pour ramener l’entente entre des voisins ou entre des communautés qui, au sortir de la guerre, se regardaient en chien de faïence. Mais, il reste encore beaucoup à faire, tant il est vrai que la restauration de la cohésion nationale reste une œuvre de longue haleine.

Nadia YORO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.