.

75 ans du Pdci : Bédié s'attaque à Guillaume Soro

75 ans du Pdci : Bédié s'attaque à Guillaume Soro
Publié le: 10 avril 2021
Bédié semble en disgrâce avec Soro

Le Pdci a 75 ans. À l'occasion d'une cérémonie pour célébrer cet âge, son président, Henri Konan Bédié, a, au passage, "allumé" son allié d'hier, Guillaume Soro. "Le 19 septembre 2002 s'est achevé par une rébellion armée, l’œuvre funeste entamée le 24 décembre 1999", a lancé Bédié, ce samedi 10 avril 2021, à la maison du Pdci de Cocody. Le bouddha de Daoukro allumerait Soro qu'il ne s'y prendrait pas autrement. En effet, la rébellion du 19 septembre 2002 a été revendiquée par Guillaume Soro et plusieurs militaires déserteurs. Secrétaire général des Forces nouvelles (nom donnée à la rébellion), Guillaume Soro s'est allié à Konan Bédié et au Pdci quand il a été éjecté de l'Assemblée nationale le 8 février 2019. Son mouvement, le Gps, était membre de la plate-forme des partis d'opposition contre le troisième mandat du président Alassane Ouattara. Pendant cette période de rapprochement, le président du Pdci était si prévenant avec Soro, devenu l'un de ses "fils chouchou". S'appuyant sur Soro, Bédié a renoncé à se présenter à l'élection présidentielle d'octobre 2020, bien que sa candidature ait été validée par le Conseil constitutionnel. Que s'est-il passé pour que sphinx de Daoukro soit aussi rude avec son "fils" au point de qualifier "sa rébellion" d'œuvre funeste qui n'était que le prolongement du 24 décembre 1999, jour du coup d'Etat militaire qui l'a éjecté du pouvoir. Car si la rébellion est le pendant du coup d'Etat, il faut en déduire que ses animateurs sont ceux qui ont chassé Bédié. Celui-ci en garde encore un souvenir douloureux. 

Henri Konan Bédié n'a pas oublié son cadet Alassane Ouattara. Il reste persuadé que "le 3ème mandat anticonstitutionnel du chef de l'Etat a détruit les fondements de la démocratie". Rêveur, Bédié rappelle les années fastes du vieux parti, "qui a construit notre cher pays sur des bases solides" . Des bases, dit-il, qui ont permis et qui permettent encore aujourd’hui à la Côte d'Ivoire de plier sans rompre, sous les crise politiques, les crises économiques et sociales depuis trois décennies". "Vous pouvez donc aussi comprendre les peines profondes que je ressens devant la grave crise que traverse notre pays depuis plus de vingt ans. Le 24 décembre 1999, l’élan prodigieux de l’éléphant d’Afrique a été brisé par un coup d’état militaire", lâche-t-il.

Aissata KONATÉ