.

Congrès du Pdci : Ce qui se prépare contre Guikahué

Congrès du Pdci : Ce qui se prépare contre Guikahué
Publié le: 3 septembre 2022
Guikahué est poussé vers la sortie par ses amis du Pdci

À moins d'un mois du bureau politique du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), la tension autour son leader, Henri Konan Bédié, monte. Deux clans se dégagent clairement, selon une source au sein du vieux parti : Les Akan amenés par Georges Philippe Ezaley, ancien maire de Grand Bassam et le clan de l'ouest dirigé par Pr Maurice Kakou Guikahué. Le secrétaire exécutif en chef du Pdci n'a plus la légitimité d'antan. De plus en plus ostracisé, Guikahué est quasiment l'ombre de lui-même. Il est poussé vers la sortie par le camp Akan, qui compte, outre Ezaley, P Pouin, Ehouman Bernard, Allah Kouadio Rémi....

Le clan Akan manœuvre fort 

Philippe Ezaley a été reçu par Henri Konan Bédié, jeudi 1er septembre 2022 à Daoukro. Au menu des échanges, l'organisation du bureau politique fin septembre et du congrès du Pdci. Rentré de France où il a reçu des soins, Guikahué devrait être reçu, ce week-end, à Daoukro. "Le clan Akan manœuvre fort pour faire avorter la rencontre ou à tout le moins, y prendre part. Pas question de laisser Bédié rencontrer seul Guikahué", confie notre source d'informations. En gros, les pro Ezaley craignent que Bédié remette Guikahué au cœur de son système. La guerre des tranchées entre pro Guikahué et pro Ezaley prend sa source dans l'organisation du prochain congrès du Pdci. Chaque clan veut en être l'organisateur principal. D'où la crise latente. L'objectif du groupe de Philippe Ezaley est de phagocyter Guikahué pour l'organisation du congrès. "Si Guikahué sort de l'organisation, ce sera sa mort politique", indique un observateur averti de la situation politique. Dans ce choc des barons, un autre groupe ne cache pas son agacement. C'est celui de Jean Louis Billon. Même si avec Yasmina Ouegnin, député de Cocody, ce n'est pas le "parfait amour", Billon n'entend plus être un spectateur. "Billon et Yasmina Ouegnin refusent de se laisser coiffer au poteau. Yasmina veut donner un coup de pied à la fourmilière. Quant à Billon, il pensait tenir le Pdci. Mais l'irruption de Tidjane Thiam et la bataille de la vieille garde le mettent hors de lui", soutient Ange Kouamé, cadre du Pdci. "Bédié joue la montre. Il ne souhaite rien lâcher. Quitte à passer le reste de ses jours à la tête du Pdci", relève Ange Kouamé. Dans tous les cas de figure, poursuit-il, Bédié reste le maître du jeu. "Quoi qu'on dise, Bédié maîtrise son parti. Et ceux qui veulent contrôler le Pdci ont décidé de contrôler son leader", conclut Ange Kouamé.

Jean-Yves TAPÉ