Info continue

.

CI : Il y a 11 ans, Gbagbo était arrêté après son refus de quitter le pouvoir

CI : Il y a 11 ans, Gbagbo était arrêté après son refus de quitter le pouvoir
Publié le: 11 avril 2022
Gbagbo a été arrêté le 11 avril 2011

Temps de lecture : 4 min 

Abidjan le 11 avril 2022 (infoplus.ci)-11 avril 2011- 11 avril 2022. Il y a 11 ans, l'ancien président Laurent Gbagbo était arrêté dans le bunker de la résidence présidentielle, avec plusieurs membres de sa famille biologique et politique. Après le deuxième tour du scrutin présidentiel de novembre 2010, le président sortant perdait les élections face à son rival Alassane Ouattara, qui bénéficiait du soutien du Pdci, de l'Udpci et du Mfa. L'alliance des houphouétistes venait de triompher dans les urnes, au grand dam du régime de la Refondation. Comme un naufragé, Gbagbo s'est accroché à ce qu'il restait de son pouvoir, en dépit de la pression de la rue et de la communauté internationale. L'Union africaine avait dépêché une délégation parmi laquelle il y avait pourtant l'un de ses solides alliés, en l'occurrence Jacob Zuma, ex-chef d'Etat sud-africain. Le verdict de la médiation a été sans appel. Gbagbo devra rendre le pouvoir qu'il a perdu dans les urnes. Groggy par une telle décision, l'homme s'est enfermé dans la négation, déclenchant une guerre meurtrière.

 

"Seul contre le monde, où espérait-il aller ?" 

 

Pensait-il que le monde entier allait adouber sa forfaiture ?
Pensait-il que le monde entier allait adouber sa forfaiture ? 

 

Les institutions de la République le lâchent progressivement. L'armée, les chancelleries, le monde de la finance... l'abandonnent. Malgré tout, il reste de marbre dans l'espoir de pouvoir prendre le dessus. Hélas, la guerre a été engagée et les soldats qui lui étaient fidèles sont défaits. À Abidjan, l'épicentre des combats, il ne restait que les mercenaires liberiens et angolais qui constituaient le dernier rempart de la la forteresse présidentielle. L'ONU décide de le déloger en donnant l'ordre à l'armée française de prêter main forte aux Forces républicaines de Côte d’Ivoire. Le 11 avril 2011, à partir de 10h, des dizaines de blindés français et des hélicoptères de combats de l'ONU et de la France lancent l'offensive. Les mercenaires sont neutralisés et Gbagbo est arrêté par les Forces républicaines de Côte d’Ivoire. Conduit au Golf hôtel sur instruction du président Ouattara, l'ancien président semblait hébété, sans doute submergé de regrets. Il ne s'est sans doute pas imaginé tombé de son piédestal, lui le panafricaniste, le woody, l'homme qui a tenu tête à la France. Par la suite, il a été conduit à Korhogo où, après quelques mois, il a été transféré à la Cour pénale internationale.

 

"Les Ivoiriens réalisent qu'ils ont perdu du temps avec la Refondation" 

 

Gbagbo a payé le prix de son entêtement
Gbagbo, sonné, réalise la bêtise de son entêtement 

 

Jugé pendant une décennie pour des crimes graves, il a été acquitté pour insuffisance de preuves au grand désarroi des milliers de victimes que son entêtement a causé. De retour en Côte d’Ivoire depuis juin 2021, Gbagbo s'est engagé dans la promotion de la fracture sociale et le dénigrement des actions gouvernementales. Ayant participé au boycott actif du scrutin présidentielle de 2020, le voilà dans son rôle d'historien, falsifiant à souhait l'histoire dans l'espoir d'avoir à nouveau la sympathie des Ivoiriens. Malheureusement pour lui, après 10 ans de gestion du président Alassane Ouattara, les Ivoiriens se rendent compte qu'ils ont perdu un temps précieux avec la Refondation qui ne leur a apporté que morts et désespoirs. Aujourd'hui, la Côte d'Ivoire rayonne grâce au leadership, aux réalisations et à la vision politique du président Ouattara. Le pays est en passe de devenir une puissance continentale grâce aux réalisations titanesques du gouvernement. Une vingtaine d'hôpitaux régionaux, universitaires, et généraux, des universités, des routes et autoroutes, des écoles ont été construits ou encore en chantier. Les filières agricoles ont été assainies permettant aux paysans de mieux vivre des fruits de leur labeur. Les jeunes ont repris espoir et des millions d'emplois ont été créés, sans oublier la promotion de l'entreprenariat qui a permis de sortir des centaines de milliers de jeunes de la pauvreté. La liste des réalisations et des projets du gouvernement ivoirien est loin d'être exhaustive. Alassane Ouattara a réussi à faire l'unanimité sur ses capacités de travailleurs. "On peut tout lui reprocher, il faut cependant admettre que c'est un bosseur", reconnaissent aujourd'hui les populations. Des sorties qui rendent nerveux les nouveaux adhérents du PPA-CI, du nom du nouveau parti de l'ancien président.

Yves TAPÉ