Le ministère du Commerce, de l'Industrie et de la Promotion des PME frappe fort. En attendant la fin des enquêtes en cours pour faire toute la lumière sur l'affaire des 18.000 tonnes de riz birman avarié, le ministre de tutelle, Souleymane Diarrassouba, prend des mesures administratives. Dans un communiqué de son ministère dont copie nous est parvenue, l'on apprend que celles-ci concerne le vendeur de la cargaison saisie au Port autonome d'Abidjan et l'acheteur du riz incriminé. Il s'agit respectivement de Olam International Limited et de la Société Alimentation Toumodi SARL. Le premier est interdit d'exporter du riz à destination de la Côte d'Ivoire pour une période de 12 mois. Le second, lui, est interdit d'importer du riz à destination du marché ivoirien pour la même période. A savoir, 12 mois. Bien avant ces mesures administratives, l'on relève, dans la note signée du ministre Souleymane Diarrassouba, le bilan de l'opération de destruction du riz ''non conforme'' entamée mardi 16 avril dernier. Ainsi, à la date du 26 avril 2019, ce sont au total 2100 tonnes sur les 18.000 tonnes impropres à la consommation, qui ont été enfouis à la décharge moderne de Kossihouen.

Aude Assita Konaté

COMMENTS

  • Stevodog (non vérifié) 12.12.2019, 3:40 am

    Farmacias Online Sin Receta Painkillers Online viagra Cialis Compresse Prezzo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.