Le congrès s'est terminé dans le cafouillage

Le congrès de l'Union nationale des journalistes de Côte d'Ivoire (Unjci) a été suspendu ce dimanche 21 juillet 2019, à l'issue d'un grand cafouillage provoqué par le staff d'un candidat. Retour sur le déroulement d'un congrès sous haute tension. 

L'atmosphère était certes tendue, mais rien ne présageait un dénouement aussi scandaleux. Samedi 20 juillet, les journalistes se sont retrouvés dans un esprit convivial pour dépoussiérer les textes de leur union afin d'y apporter des réformes adaptées aux nouveaux enjeux du moment. Dimanche 21 juillet, c'est le jour des élections. À 14h, les congressistes font massivement le déplacement pour choisir le successeur de Traoré Moussa dit MT, président sortant. De nombreux préalables bloquent le processus. Le plus important est l'acceptation du vote par procuration. Les textes sont clairs : les journalistes absents peuvent désigner, par procuration, leurs représentants pour voter à leur place. Il se trouve que cette mesures est contestée par deux candidats sur les trois qui sont en lice pour le poste de président. Les deux candidats, Lance Touré et Franck Ettien soupçonnent le troisième d'avoir acheté plus d'une centaine de voix. Le congrès est bloqué et les trois candidats sont invités à se concerter pour une position commune. Ce qui est fait. 

De retour de la concertation, il est décidé que le nombre de procurations par candidat soit de 25. En d'autres termes, un candidat ne peut faire voter que 25 journalistes inscrits sur la liste électorale, mais absents. Quand le président du congrès annonce la décision, le staff d'un candidat est mécontent. Il bloque le processus. Le candidat Jean-Claude Coulibaly dit JC, présenté comme celui du pouvoir, se débine. Le congrès est à nouveau bloqué. Les journalistes présents, en majorité, rejettent le vote massif par procuration. Près de deux heures de discussion ne font pas fléchir l'Assemblée. Finalement, il est proposé aux candidats de se concerter à nouveau. 

À l'issue de cette concertation, le président du congrès revient vers les congressistes et fait quatre propositions à adopter. Primo : le vote sans procuration. Secundo : le vote avec 25 procurations par candidat. Tertio : le vote avec un nombre illimité de procurations. Quartio : la suspension du congrès. 

Le président du congrès, César Etou est formel : il n'a pas mandat de suspendre le congrès et qu'il ira jusqu'au bout. Le staff du candidat Jean-Claude Coulibaly se déchaîne et réclame la suspension du congrès. La majorité des journalistes s'oppose. César Etou demande aux journalistes présents dans la salle de sortir afin de préparer le vote. Ce qui est fait. 

De retour dans la salle, le staff de Jean-Claude Coulibaly bloque le processus. Le président du congrès, qui avait pourtant indiqué qu'il irait jusqu'au bout, est menacé. Il suspend le congrès et est escorté par la police. C'est la colère dans le camp des journalistes. Les rumeurs les plus folles sur l'ingérence du pouvoir dans l'organisation du congrès au profit de Jean-Claude Coulibaly circulent. 

Ce qu'il faut savoir, c'est qu'avant le lancement de la campagne électorale, le président sortant de l'Unjci avait été accusé de présenter le candidat JC comme celui du Rhdp. Traoré Moussa s'en était crânement défendu, accusant lui-aussi ses adversaires de le dénigrer. Pourtant, sa justification n'a pu estomper cette rumeur. Nous avons joint plusieurs sources proches du pouvoir à cet effet. "Le pouvoir ne soutient personne. Le président Ouattara se tient loin de l'union des journalistes de Côte d'Ivoire", nous a soufflé un conseiller du président. "C'est faux de faire croire que le pouvoir soutient un journaliste. Aucun proche de Ouattara n'a donné de consigne de vote. Certains veulent juste instrumentaliser leurs camarades pour des objectifs personnels. Aucun pouvoir ne s'est ingéré dans l'organisation d'un congrès de journaliste. Le pouvoir Ouattara ne le fera pas", indique un membre du gouvernement. 

En réalité, des journalistes ont tenté de surfer sur la politique dans l'Espoir d'avoir un électorat captif au sein de leur corporation. "Nous sommes déçus de nous-mêmes. Nous critiquons les hommes politiques alors que nous sommes pire. C'est dommage", se désole un journaliste à l'issue du congrès suspendu. Les candidats ont quant à eux exprimé leur regret. Le staff de Franck Ettien s'est dit atterré par la une volonté de certains journalistes de politiser l'Unjci. Quant au staff de Lance Touré, il entend réagir ce lundi. Il appelle les journalistes au calme et à la sérénité. Le staff de JC, dont la candidature a du mal à prospérer, a quitté les lieux sans faire de commentaires. 

Yves TAPÉ 

COMMENTS

  • Stevodog (non vérifié) 16.10.2019, 7:04 pm

    Uso Viagra Embarazo Discount Progesterone Medication With Next Day Delivery Overseas Viagra Venta Precio where to buy cialis online safely Cialis From Usa Pharmacy

LAISSER UN COMMENTAIRE

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.