.

Nouveau Gouvernement : Le sens de la composition du gouvernement Achi 1er

Nouveau Gouvernement : Le sens de la composition du gouvernement Achi 1er
Publié le: 7 avril 2021
Achi Patrick a son gouvernement

La nouvelle équipe gouvernementale se singularise par des signaux forts qui sonnent comme des messages que le chef de l’Etat, Alassane Ouattara et son Premier ministre, Patrick Achi, entendent faire passer à leurs concitoyens. De fait, le nouveau gouvernement se caractérise par bien des particularités qu’il importe de mettre au jour.

Rendu publique le mardi 6 avril 2021, peu avant 12h, la nouvelle équipe gouvernementale se compose de 41 membres, dont 37 ministres et 4 secrétaires d’Etat. Sur les 41 membres, 8 sont des femmes, soit environ 20% de l’effectif. Une des 8 femmes, en l’occurrence Kandia Camara, fait partie des 3 ministres d’Etat de l’équipe. Mieux, elle est la première femme ministre des Affaires étrangères de l’histoire de la Côte d’Ivoire. C’est assurément là l’un des traits distinctifs de ce gouvernement. Comme si Alassane Ouattara et Patrick Achi voulaient montrer, par l’exemple, leur volonté de hisser la femme à de hauts postes de l’Etat. Ce gouvernement se caractérise également par le souci de traduire en acte la promesse de « renouvellement générationnel » faite par le président de la République lors du dernier conseil des ministres, le mercredi 24 mars 2021. En effet, la moyenne d’âge de la nouvelle équipe tourne autour de 50 ans. Avec surtout une place faite à des ministres de plus en plus jeunes comme le nouvel entrant Amadou Coulibaly, et bien avant lui, Mamadou Touré, Myss Dogo Bellmonde, Sidy Touré, Brice Kouassi et Félix Anoblé. En maintenant ces ministres jeunes et en faisant entrer un autre au gouvernement, Alassane Ouattara réaffirme sa volonté de faire la promotion des jeunes pouces.

"Des ministères renforcés"

 

Par ailleurs, on note, à travers ces « 41 soldats » du développement, que certains membres du gouvernement ont eu comme une promotion. Soit parce qu’ils sont passés d’un palier à un palier supérieur, soit parce qu’ils ont vu leurs champs d’action être étendus. C’est le cas notamment des trois nouveaux ministres d’Etat, qui n’en avaient pas le statut dans le gouvernement précédent. Il s’agit en l’occurrence des ministres d’Etat Kandia Camara des Affaires Etrangères, de Téné Birahima Ouattara de la Défense, de Kobenan Kouassi Adjoumani, de l’Agriculture et du Développement rural. A côté de ceux-là, on peut également citer Epiphane Zoro Bi Ballo, anciennement secrétaire d’Etat au renforcement des capacités, qui est devenu ministre plein, en charge de la Bonne Gouvernance, du Renforcement des capacités et de la Lutte contre la corruption et Mamadou Touré, qui se voit confier le Service civique en plus de son traditionnel maroquin de la jeunesse et de l’emploi non plus des jeunes mais de l’insertion professionnelle. Un autre message fort que passe le chef de l’Etat à travers ce commando, c’est son engagement à lutter plus efficacement contre la corruption et plus généralement la mauvaise gouvernance. D’où la création d’un ministère dédié, confié à Zoro Epiphane Bi Ballo. C’est assurément pour mieux affirmer son intention de s’attaquer plus énergiquement à ce fléau qu’est la mal gouvernance, que le président de la République a voulu aller au-delà de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance et la Cour des Comptes, deux institutions étatiques consacrées à la lutte contre la corruption et tout ce qui y renvoie. Aussi a-t-il créé ce nouveau ministère de la Bonne Gouvernance, du Renforcement des capacités et de la Lutte contre la corruption. C’est, à n’en point douter, un tournant dans la guerre engagée par le chef de l’Etat contre les ces mauvaises pratiques. Au total, au regard des messages forts dont sa composition est empreinte, ce nouveau gouvernement devrait être à la hauteur de la mission qui l’attend. 

Source: L'avenir