Info continue

.

Après sa déclaration / Simone Gbagbo prend la fuite

Après sa déclaration / Simone Gbagbo prend la fuite
Publié le: 9 novembre 2020
Simone Gbagbo est en fuite

L'ancienne Première dame, Simone Ehivet Gbagbo a pris la fuite. Selon une source d'information proche de son cabinet, l'ex-épouse de l'ancien président Laurent Gbagbo est introuvable depuis quelques jours. Constatant les arrestations des promoteurs de la transition dont elle fut une chantre, Simone Gbagbo a pris la clé des champs. Drôle d'attitude pour celle qui se targue d'être une combattante. Elle rejoint la liste des opposants qui appellent à des manifestations violentes et qui disparaissent au moindre couac. 

 

Simone Gbagbo espérait jouer un rôle important dans la transition
Simone Gbagbo espérait jouer un rôle important dans la transition 

 

Pourtant, Simone Ehivet a été critiquée pour son dernier message. C'est elle qui a appelé, la première, à une transition, dans une vidéo qui se voulait solennelle, samedi 31 octobre 2020, dans la soirée. On y voyait une Simone Gbagbo assise devant le drapeau ivoirien, comme si elle occupait une fonction officielle en Côte d'Ivoire, niant l'organisation de la présidentielle et proclamant la vacance du pouvoir. Cette sortie a d'ailleurs révulsé le Front populaire ivoirien (Fpi) proche de Laurent Gbagbo,qui a tenu une réunion, dimanche 1er novembre. Au cours de cette réunion à laquelle Mme Gbagbo a brillé par son absence, il a été question de dénoncer cet appel. Pendant la réunion, Laurent Gbagbo est intervenu pour se désolidariser de l'appel de Simone et inviter son parti à se tenir loin d'une transition qui n'a aucun soutien au plan national et international.

Une proche de Simone Gbagbo a aussi dénoncé son discours, lui rappelant que sa fille, Lawrence Gbagbo, n'a jamais voulu manifester aux côtés des patriotes pendant que ses parents étaient incarcérés. "Où sont vos filles ?", a martelé cette proche de Mme Gbagbo, qui estime que l'ancienne Première dame est dur de cœur. "Ouattara est élu. On attend que lui et Gbagbo s'asseyent pour ouvrir la négociation pour régler les problèmes des Ivoiriens", a-t-elle rappelé.

Quant à Simone Gbagbo, selon une source sécuritaire, elle est localisée. "Pour l'instant, les autorités ivoiriennes n'ont pas encore besoin d'elle. Mais tôt ou tard, elle devra répondre de ses actes, notamment le financement des jeunes de Bonoua pour orchestrer des violences", confie notre source d'information.

Yves TAPE